Véra Eisenmann

Différences entre Ph I antérieures et postérieures

vendredi 16 novembre 2007 par Véra Eisenmann

Le dimorphisme est particulièrement net sur l’exemple illustré (BO 89482, HP 35) et sur la plupart des premières phalanges d’E. hemionus.

- Chez un même individu, la Ph I antérieure est presque toujours plus longue.

- Les tubérosités sus-articulaires distales sont plus proches de l’extrémité proximale sur les Ph I postérieures.

- En vue postérieure, le trigonum phalangis descend plus bas sur la Ph I antérieure.

Pour plus de détails, voir :

EISENMANN V. & C. DE GIULI, 1974. - Caractères distinctifs des premières phalanges antérieures et postérieures chez certains Equidés actuels et fossiles. Bull. Soc. géol. Fr., (7), XVI, (4 ) : 352-361, 8 fig., 4 tabl.

DIVE J. & V. EISENMANN, 1991.- Identification and discrimination of first phalanges from Pleistocene and modern Equus, wild and domestic. In : R.H. MEADOW & H.P. UERPMANN, Equids in the Ancient World. Beihefte zum Tübinger Atlas des Vorderen Orients, Wiesbaden : 278-333, 16 fig., 5 tabl.


Portfolio

Ph I antérieure et postérieure
Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 458 / 173622

Suivre la vie du site fr  Follow site activity Equidae monodactyles  Follow site activity Equus actuels et récemment éteints  Follow site activity 10.Premières phalanges antérieures : PhIA   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 +

Creative Commons License