Véra Eisenmann

Süssenborn, Introduction

samedi 26 avril 2008 par Véra Eisenmann

Au cours des Pléistocènes Inférieur et Moyen, certaines espèces d’Equus paraissent apparentées à des espèces actuelles, tandis que d’autres semblent avoir disparu sans laisser de traces. Tel est le cas des espèces qu’on distingue à Süssenborn et dont les restes fossiles sont conservés à la "Senckenberg Research Station of Quaternary Paleontology" à Weimar, Allemagne.

A Süssenborn en Thuringe, Allemagne, un très riche matériel a été récolté dans une carrière de 23m de haut, sans indication de niveaux. L’intervalle de temps entre les niveaux les plus bas et les plus hauts pourrait atteindre 100.000 ans. En tout cas, au cours du temps de déposition des sédiments, des changements climatiques ont certainement pu se produire avec des passages de conditions humides à des conditions sèches. Des signes d’hypoplasie sur les dents jugales inférieures suggèrent l’existence de stress. L’espèce E. suessenbornensis qui présente un émail très plissé sur ses dents jugales vivait sans doute dans un environnement plus humide que Equus sp. et E. marxi-altidens (très mal définis tous deux) aux dents peu plissées. Il est difficile de juger de leurs parentés ; peut-être Equus sp. est-il le descendant d’E. suessenbornensis ? Il y a en outre quelques dents jugales inférieures caballines de grande taille (E. mosbachensis ?). Enfin d’autres petites dents, "sténoniennes", pourraient dériver d’Equus sp. Il existe beucoup d’intermédiares difficiles à classer.

Les restes squelettiques sont peu abondants, fragmentaires et polymorphes,surtout les MCIII : six MCIII (S 5592, S 5712, S 5872, S 6998, S 9243, S 11421,) grands et plats appartiennent à E. suessenbornensis ; deux spécimens bien conservés (S 6607, S 9245) et deux autres fragmentaires (S 7793 et S 9240) sont beaucoup plus petits, sveltes, présentent une diaphyse épaisse et appartiennent sans doute à E. marxi-altidens ; S 1139, parfaitement fossilisé, est court, robuste et pourrait appartenir à un Zèbre ou à un petit Cheval ; enfin 4 spécimens (S 5260, S 5572, S 9244, S 9626) sont de longueur intermédaire entre E. suessenbornensis et E. marxi-altidens, plus sveltes et plus épais qu’E. suessenbornensis ; peut-être appartenaient-ils à Equus sp.

151. Eisenmann V. 2006. Pliocene and Pleistocene Equids : Paleontology versus Molecular Biology. In : Kahlke, R.-D., Maul, L. C. & Mazza, P. (Eds.) : Late Neogene and Quaternary biodiversity and evolution : Regional developments and interregional correlations. Proceedings volume of the 18th International Senckenberg Conference (VI International Palaeontological Colloquium in Weimar), 25th-20th April 2004. Courier Forschungsinstitut Senckenberg (CFS), 256:71-89, 21 figs, 2pls.

FORSTEN A., 1986. - A review of the Süssenborn horses and the origin of
Equus hydruntinus Regalia. Quartärpaläontologie, 6 : 43-52, 6 fig., Berlin.

FORSTEN A., 1990. - Old World "Asses". Quartärpaläontologie, Berlin, 8 : 71- 78, 6 fig.

MUSIL R., 1969. - Die Equidenreste aus dem Pleistozän von Süssenborn
bei Weimar. Paläontol. Abhandl. A, III, 3-4, 317-364, 15 fig., pl. XXXVII-
XLV, 34 tabl., Berlin.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 298 / 177919

Suivre la vie du site fr  Follow site activity Equidae monodactyles  Follow site activity Equidés monodactyles fossiles (Equus, Allohippus, (...)  Follow site activity Süssenborn   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License