Vera Eisenmann

Différences entre Ph I antérieures et postérieures

vendredi 16 novembre 2007

Le dimorphisme est particulièrement net sur l’exemple illustré (BO 89482, HP 35) et sur la plupart des premières phalanges d’E. hemionus.

- Chez un même individu, la Ph I antérieure est presque toujours plus longue.

- Les tubérosités sus-articulaires distales sont plus proches de l’extrémité proximale sur les Ph I postérieures.

- En vue postérieure, le trigonum phalangis descend plus bas sur la Ph I antérieure.

Pour plus de détails, voir :

EISENMANN V. & C. DE GIULI, 1974. - Caractères distinctifs des premières phalanges antérieures et postérieures chez certains Equidés actuels et fossiles. Bull. Soc. géol. Fr., (7), XVI, (4 ) : 352-361, 8 fig., 4 tabl.

DIVE J. & V. EISENMANN, 1991.- Identification and discrimination of first phalanges from Pleistocene and modern Equus, wild and domestic. In : R.H. MEADOW & H.P. UERPMANN, Equids in the Ancient World. Beihefte zum Tübinger Atlas des Vorderen Orients, Wiesbaden : 278-333, 16 fig., 5 tabl.


Portfolio

Ph I antérieure et postérieure
Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 516 / 11623

Suivre la vie du site fr  Follow site activity Equidae monodactyles  Follow site activity Equus actuels et récemment éteints  Follow site activity 10.Premières phalanges antérieures : PhIA   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License